Glossaire A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Parc
Aire maritime de l'estran ayant fait l'objet d'une concession de cultures marines pour l'exercice d'une activité conchylicole. La durée de la concession est de 35 ans.
Source : d'après Ifremer.
Passe-à-poissons
Dispositif implanté sur un obstacle naturel ou artificiel (barrage) qui permet aux poissons migrateurs de franchir ces obstacles pour accéder à leurs zones de reproduction ou de développement. On distingue des dispositifs de montaison et de dévalaison. D'autres équipements de franchissement parfois assimilés à des passes à poissons sont par exemple des ascenseurs à poisson, des écluses particulières, etc.
Source : d'après Ministère chargé de l'environnement et Onema.
PdM - voir "Programme de mesures"
PdS - voir "Programme de surveillance de l'état des eaux"
Pêche à pied

C'est une activité de cueillette exercée le long du rivage sans recours à une embarcation. La pêche à pied peut être soit une activité de loisir (on parle aussi de « pêche amateur »), soit une activité professionnelle (qui concerne principalement les bivalves).

Source : d'après Ifremer.
Pêche amateur
Pêche dont le produit est destiné à la consommation exclusive du pêcheur et de sa famille et ne peut être colporté, exposé ou vendu. La pêche amateur regroupe la pêche embarquée (pêche à bord d'un bateau, aussi appelée pêche plaisance - comprend aussi la pêche au gros, dite pêche sportive), la pêche à pied, la pêche du bord, et enfin la pêche sous-marine. Elle est exercée soit à partir de navires ou embarcations autres que ceux titulaires d'un rôle d'équipage de pêche, soit en action de nage ou de plongée, soit à pied sur le domaine public maritime ainsi que sur la partie des fleuves, rivières ou canaux où les eaux sont salées. [...] L'usage, pour la pêche amateur, de tout équipement respiratoire, qu'il soit autonome ou non, permettant à une personne immergée de respirer sans revenir à la surface est interdit. [...] La pêche amateur est soumise aux interdictions concernant certaines espèces protégées, la taille des espèces commerciales, les modes et procédés de pêche, zones et périodes, interdictions et arrêts de pêche.
Source : d'après Bruno Drouot (économiste).
Pêche au large
Pêche exercée par les navires s'absentant plus de 96 heures et n'appartenant pas à la grande pêche (navires susceptibles de s'absenter plus de 20 jours de leur port d'attache).
Source : d'après Conseil régional de Poitou-Charentes.
Pêche côtière
Pêche exercée par les navires s'absentant du port plus de 24 heures et 96 heures maximum.
Source : d'après Conseil régional de Poitou-Charentes.
Pêche électrique

Technique utilisée pour recenser les espèces de poissons présentes dans une fraction de cours d'eau et caractériser les différentes populations présentes. Elle consiste à générer un courant électrique, qui attire les poissons. Paralysés par le champ magnétique, ils remontent à la surface. La paralysie n'est cependant que momentanée : une fois les analyses effectuées, les poissons rejoignent le cours d'eau.

Source : d'après Wikipédia et Communauté de communes Val-de-Meurthe.
Pêche minotière
Activité de pêche dont les captures sont transformées en farine (pour l'élevage du porc et de la volaille essentiellement) mais aussi en huile et autres sous-produits.
Source : d'après Ifremer.
Pêche profonde
Activité de pêche se développant au-delà de 400 m de profondeur.
Source : d'après CIEM.
Pêcherie
Ensemble désignant une fraction, un ou plusieurs stocks en interaction avec une ou plusieurs flottilles pratiquant un ou plusieurs métiers.
Source : d'après Ifremer.
Pélagique
Par opposition à « benthique », qualifie les organismes et les processus ayant lieu en milieu océanique (eaux libres), sans lien avec le fond.
Source : d'après Ifremer.
Peuplement piscicole
Groupe de poissons multispécifique.
Source : d'après Onema.
Physico-chimie

Caractéristiques physiques et chimiques d'une eau. Lors de l'analyse d'un échantillon d'eau, les paramètres observés sont assez nombreux, et leur ensemble permet de rendre compte de la qualité physico-chimique de l'eau, qui conditionne le maintien de la biodiversité. Parmi les paramètres les plus étudiés, on retrouve par exemple la température, la turbidité, la concentration en matières organiques, minérales, azotées, etc.

Source : d’après Ministère chargé de l’environnement.
Pisciculture

Branche de l'aquaculture qui concerne l'élevage de poissons.

Source : d'après Wikipédia.
Plan national santé environnement (PNSE)

Plan national visant à répondre aux interrogations des Français sur les conséquences sanitaires à court et moyen terme de l'exposition à certaines pollutions de leur environnement, le PNSE doit notamment intégrer l'écotoxicologie et de l'écoépidémiologie dans les approches sanitaires classiques. Il concerne l'ensemble de la population et implique de nombreux acteurs : associations de protection de l'environnement, ministères chargés de l'environnement, de la santé, du travail, de l'agriculture, de l'économie, ainsi que de nombreuses agences et équipes de recherche.

Source : d'après Agence de l'eau Rhin-Meuse, Ministère chargé de la santé et Ministère chargé de l'environnement.
Plan POLMAR
Dispositif réglementaire et opérationnel d'intervention en cas de pollution accidentelle des eaux de mer, visant à coordonner les moyens humains et mobiliser les moyens de lutte. Le plan POLMAR a été mis en place en 1978 (circulaire du premier ministre) à la suite de la catastrophe de l'Amoco-Cadiz. Une circulaire du premier ministre en date du 17 décembre 1997 a confirmé l'existence de deux types d'intervention (deux composantes) : le plan POLMAR/MER qui est déclenché par les préfets maritimes et qui a trait aux interventions en mer, et le plan POLMAR/TERRE qui est déclenché par les préfets des départements côtiers concernés par la pollution qui atteint les côtes. Le préfet de la zone de défense assure la coordination de l'ensemble du dispositif (mer et terre). La préparation matérielle du plan (mise en place des moyens techniques et financiers ainsi que la qualification du personnel) est du ressort du Ministère chargé de l'équipement et de ses services déconcentrés. L'efficacité du Plan Polmar repose sur : des centres de stockage et d'intervention (13 au total, dont 8 en Métropole et 5 Outre-Mer) répartis sur le littoral et où sont stockés et entretenus les matériels qui seront mis à disposition des Préfets en cas de besoin (barrages flottants, écrémeurs, barges récupératrices, pompes, nettoyeurs haute-pression…) ; des hommes préparés à intervenir (formés) par des exercices réguliers de simulation ; des plans Polmar départementaux régulièrement révisés. Depusi 2004 (loi du 13 août 2004) le plan Polmar a pris le nom de Plan ORSEC-MER.
Source : d'après Ifremer.
PNSE - voir "Plan national santé environnement"
Point de contrôle
Espace rattaché au site d'évaluation clairement identifié et localisé sur lequel sont effectuées des opérations de contrôle relatives à un ou plusieurs éléments de qualité.
Source : d'après Onema.
Point de prélèvement

Lieu de prélèvement d'échantillons d'eau en vue d'une analyse.

Source : d'après Onema.
Polder
Marais littoral, endigué, asséché et mis en valeur.
Source : d'après Ifremer.
Pollution bactériologique
Pollution contenant des germes bactériens d'origine intestinale.
Source : d'après Agence de l'eau Rhône-Méditerranée et Corse.
Port
Lieu où les navires peuvent s'approcher de la côte et accoster pour y décharger leurs produits et/ou leurs passagers. Il existe des ports naturels, mais dans la majorité des cas le site d'un port a été aménagé.
Source : d'après Ifremer.
Prélèvement

Au sens strict, prise d'un échantillon en vue d'une analyse ou d'un essai. Dans le cas de prélèvements d'échantillons en rivière, le prélèvement se fait en vue d'analyses physico-chimiques pour le suivi de la qualité de l'eau des milieux aquatiques (eau et sédiments).

 

 

Source : d'après Onema, OIEau et Agence de l'eau Loire-Bretagne.
Programme de mesures (PdM)

Document élaboré à l'échelle du bassin ou groupement de bassins et pour la durée d'un cycle de gestion de six ans (2010-2015, 2016-2021, 2022-2027...), qui identifie les mesures clefs à réaliser pour atteindre les objectifs définis dans le schéma directeur d'aménagement et de gestion des eaux (SDAGE), dont les objectifs environnementaux de la directive cadre sur l'eau. Les mesures sont des actions concrètes assorties d'un échéancier, d'un maître d'ouvrage et d'une évaluation financière. Elles peuvent être de nature réglementaire, financière ou contractuelle. Le programme de mesures intègre : les « mesures de base », qui sont les exigences minimales à respecter et qui correspondent à la mise en œuvre des directives dans le domaine de l'eau (directive Eaux résiduaires urbaines, directive Nitrates, directive Baignade, ...), aux activités de police de l'eau et aux dispositifs de facturation de l'eau et de gestion des redevances des agences de l'eau, ainsi qu'à la mise en place et au fonctionnement des plans d'action sur les aires d'alimentation des captages « Grenelle », essentiellement ; et les « mesures complémentaires », qui sont les mesures à prévoir en sus des mesures de base, afin d'atteindre les objectifs définis dans le SDAGE. Le programme de mesures est arrêté par le préfet coordonnateur de bassin, après avis du comité de bassin. Il est élaboré en parallèle du SDAGE, objectifs et mesures étant définis de manière itérative, et fait l'objet de procédures de consultation et de concertation locale similaires. Le secrétariat technique de bassin constitue l'instance technique en charge de rédiger les éléments constitutifs du programme de mesures.

Source : d'après Ministère chargé de l'environnement et Onema.
Programme de surveillance de l'état des eaux (PdS)

Ensemble des dispositions (localisation des sites de contrôle, éléments de qualité surveillés, paramètres ou groupes de paramètres contrôlés, fréquences des contrôles, méthodes de contrôle...) relatives à la surveillance de l'état des eaux d'un bassin ou groupement de bassins, en application de la directive cadre sur l'eau, dans le but de dresser un tableau cohérent et complet de l'état de ces eaux. Ce programme inclut : le suivi quantitatif des cours d'eau et des plans d'eau ; la surveillance de l'état écologique, de l'état chimique et du potentiel écologique des eaux de surface, ainsi que celle de l'état quantitatif et de l'état chimique des eaux souterraines ; des contrôles opérationnels de l'état des eaux de surface ;et de l'état chimique des eaux souterraines ; des contrôles d'enquête (destinés à identifier l'origine d'une dégradation de l'état des eaux) ; des contrôles effectués dans les zones inscrites au registre des zones protégées, y compris les contrôles additionnels requis pour les captages d'eau de surface et les masses d'eau comprenant des zones d'habitat et des zones de protection d'espèces. Le programme de surveillance est arrêté par le préfet coordonnateur de bassin, après avis du comité de bassin, et régulièrement mis à jour. Les programmes de surveillance ont été arrêtés fin 2006, dans la perspective de la mise en place du premier cycle de gestion 2010-2015.

Source : d'après Ministère chargé de l'environnement et Onema.
Purification
Transfert de mollusques bivalves vivants dans des établissements disposant de bassins alimentés en eau de mer propre, dans lesquels les animaux sont placés pour toute la durée nécessaire à l'élimination ou la réduction des contaminants microbiologiques, en vue de les rendre propres à la consommation humaine.
Source : d'après le Ministère chargé de l'agriculture et OIEau.
Haut